Psychomotricité et troubles des apprentissages
du langage


Michel Millie - Psychomotricien - Centre Médical Spécialisé pour Enfants dyslexiques “Les Lavandes” 05700 - Orpierre.



Etant entendu que si un enfant développe un trouble dans les apprentissages fondamentaux avec traduction fonctionnelle de type dyslexie, dysgraphie, dyscalculie etc..., ce n'est pas en fonction d'un facteur causal univoque, de type lésionnel, mais le plus souvent suite à la convergence de divers facteurs et de leur intrication dynamique, comment la psychomotricité, discipline carrefour empruntant à la neurologie, la neuropsychologie, la psychologie génétique, la psychosomatique, peut-elle intervenir en association avec les autres disciplines rééducatives et contribuer au soin de ces dysfonctionnements ?

Si l'on considère que la psychomotricité est l'étude de l'intégration des fonctions motrices et psychiques associée à la maturation du système nerveux, qu'en est t-il de ces fonctions intervenant dans les apprentissages? Et quelle est cette pratique qui est le plus couramment utilisée auprès des enfants d'âge pré-scolaire et scolaire (de 4 à 16 ans) ?.

Face aux troubles fondamentaux des apprentissages du langage oral et écrit, il est à considérer différents niveaux d'investigation et de rééducation autour du concept de difficulté instrumentale.

Ici, une difficulté particulière (par exemple) à organiser et orienter l'activité dans l'espace et le temps est une difficulté instrumentale parce que cette capacité est sous-jacente en développement même du langage et de l'intelligence, auxquels elle fournit un instrument nécessaire à certaines étapes ou à certaines modalités de leur élaboration.

C'est à ces outils de base que s'intéresse la psychomotricité sachant, comme nous le savons maintenant, qu'il n'y a pas de corrélations absolues entre le niveau d'organisation et de structuration spatiale (par exemple) et l'apprentissage du langage écrit, et que les notions de "pré-requis" (comme disent les Canadiens) sont à relativiser si nous ne voulons pas tomber dans un simplisme étiologique. Mais sachant aussi la nécessité d'un processus d'organisation spatiale et temporelle préalable à l'usage des symboles, à tel point que l'atteinte de cette instrumentation peut compromettre la superstructure qu'il avait permis d'édifier : c'est à dire le langage et la pensée catégorielle abstraite.

Devant un trouble d'apprentissage, il faut tout d'abord faire (en association avec les autres investigations) un bilan psychomoteur. Cet examen doit être le révélateur de l'état des principaux processus développementaux et maturationnels intéressant la psychomotricité.
Il doit être confronté à l'ensemble des résultats obtenus par les examens des autres disciplines (orthophonie, neuropsychologie...) afin d'aider à contribuer à la pose du diagnostic et du pronostic évolutif.

Ce bilan doit faire l'examen de ces fonctions motrices et psychiques particulières évoquées plus haut, et que l'on peut résumer par la triade : Corps, Espace, Temps dans laquelle chaque élément est en interdépendance dans un schéma dynamique : motricité <-> perceptivo-motricité <-> abstraction spatio-temporelle.

Que recouvrent ces trois termes chez ces enfants en trouble d'apprentissage ? Quel va être le champ de la rééducation psychomotrice ?

Au niveau de la réalisation motrice, de la qualité praxique et tonico-gestuelle, nous devrons investiguer et travailler sur l'équilibre tonico-émotionnel, les coordinations et dissociations (importance des coordinations bimanuelles), le contrôle postural, les tonicités de fond et d'action, la visuo-motricité, tous les aspects séquentiels gestuels... Mentionnons ici des symptomatologies directement intéressées par des dysfonctionnements à ce niveau :

- Le syndrome hyperkinétique dans lequel l'enfant est incapable d'inhiber un besoin expressionnel moteur, est happé par les stimuli extérieurs, dont l'intelligence correcte opère en "court circuit", comme une pensée intuitive et confuse avec déductions hâtives et superficielles sans utilisation des enchaînements, des confrontations..., avec, en association au niveau gestuel des troubles dans l'inhibition motrice volontaire... une "corticalisation" insuffisance de la gestuelle (projets moteurs en tant qu'intentionnalité mise en acte très insuffisants...).

- Les états dysgraphiques avec altération de la qualité tonique, incoordination entre rotations et translations dans l'écriture, troubles dans la coordination oculo-manuelle (difficultés en association avec les troubles perceptifs de la temporo-spatialité intervenant dans la graphomotricité...).

- Les états de dysmaturité neuro-motrices catalysant des instabilités avec troubles des attitudes parasitant les performances. Ici, il s'agit par exemple de ces enfants dont on exige de façon prématurée une stabilité en classe de cours préparatoire alors que leur tonico-posturalité (niveau d'équilibre statique en particulier) n'est pas suffisante pour faire face à une exigence de position assise (avec écoute !) prolongée.

- Certaines dysphasies dans lesquelles les épreuves d'imitation de gestes, les épreuves séquentielles gestuelles (et aussi de structures de rythme...) font partie du diagnostic différentiel (entre en particulier un trouble du contrôle phonologique et un trouble de la programmation).

Il ne s'agit bien entendu ici que de quelques exemples illustratifs de l'importance du travail corporel et gestuel.

Au niveau de la perceptivo-motricité, nous devons travailler en psychomotricité sur la structuration du schéma corporel, la latéralisation, la structuration spatio-temporelle.

Dans les troubles qui nous intéressent, ce champ de l'espace et du temps apparaît comme particulièrement important. En effet, l'élaboration des repérages de temps et d'espace est placée au centre même de la construction de toute activité mentale, des praxies fondamentales aux opérations, de la représentation et du langage Ils en fournissent les cadres et le support.

Ainsi, si certaines "fautes" peuvent être accentuées par de mauvais repérages spatiaux (confusion de d et b par exemple) ou temporels (inversion de lettres ou syllabes), s'il existe des corrélations fortes entre certains troubles importants du langage écrit et des dysfonctionnements (par exemple rythmo-chronologiques ou visuo-constructifs), au total dans l'efficience instrumentale la désadaptation spatio-temporelle se marque par la perte plus ou moins importante des repères sur soi face à autrui et aux objets (l'espace graphique par exemple...), par la confusion très invalidante de l'ordre et de la succession des événements dans le temps (les notions d'antériorité, de simultanéité, de postériorité est perturbée au niveau perceptif élémentaire et abstrait pour le temps social par exemple).
Cet état compromet fortement les acquisitions practo-gnosiques (citons ici l'importance de ces dysfonctionnements dans certaines dyscalculies en association avec les troubles précédents au niveau de la corporéité).

Quelles sont les façons particulières d'agir chez ce type d'enfant
en psychomotricité ?

- L'intervention rééducative doit aller vers la disponibilisation du potentiel cognitif (travail axé sur les potentialités davantage que sur les insuffisances afin de distancier l'attitude d'infériorité fréquente chez ces enfants envers les apprentissages)...

- L'intervention doit être conduite (en parallèle au préalable à une action trop directement abstraite de la dimension corporelle) au niveau des structures fondamentales chez ces enfants pour lesquels la psychogénèse a été perturbée avec incidence sur l'accession normale au langage écrit et donc sur la situation scolaire.

Il faudra (ré)inscrire l'enfant dans une dynamique évolutive à travers:
- des séances individuelles (avec utilisation donc de stratégies de compensation associées
aux exercices systématiques à visée de réduction directe du trouble),
- des séances de groupe (avec un autre rééducateur par exemple ou en utilisant différents
biais remobilisateurs comme l'outil informatique entr'autres...),
- des interventions introduisant l'apport rééducatif sur le lieu même qui "cristallise" les difficultés d'apprentissage (dans le lieu classe en particulier).

Cela permet d'inscrire les progrès de façon naturelle dans la quotidienneté scolaire avec perception chez l'enfant de l'étroite collaboration interdisciplinaire, de l'utilité directe des notions instrumentales travaillées sur la réduction de ses troubles.

(Ré)apprentissage, expérimentation par mise en fonctionnalité des apprentissages et expressivité sont ici les trois aspects de la trame rééducative psychomotrice, au-delà de la stricte technicité, dans la prise en compte des troubles corporels, spatiaux et temporels.